Est-ce que le tabagisme chez les tout-petits est aussi mauvais que le tabagisme pendant la grossesse. | DSK-Support.COM
Santé

Est-ce que le tabagisme chez les tout-petits est aussi mauvais que le tabagisme pendant la grossesse.

Est-ce que le tabagisme chez les tout-petits est aussi mauvais que le tabagisme pendant la grossesse.

Interdiction de fumer près les tout-petits

Dans le monde, 40 pour cent des enfants sont exposés à la fumée secondaire dans leur propre maison. Les chercheurs ont découvert que les enfants dont les parents fumaient autour d'eux quand ils étaient tout-petits, sont plus susceptibles d'avoir une taille plus large et un IMC supérieur par le temps qu'ils atteignent dix ans.

« Nous soupçonnons les statistiques que nous avons établi reliant l'obésité infantile à l'exposition au tabagisme des parents peuvent sous-estimer l'effet, dû aux parents sous-déclaration du montant qu'ils fumaient, de la honte », a expliqué le professeur Linda Pagani, qui a dirigé l'étude.

« À l'âge de 10 ans, les enfants qui avaient été exposés de façon intermittente ou continue à la fumée étaient susceptibles d'avoir des tailles qui étaient jusqu'à un et centimètres demi (trois cinquièmes de pouce) plus larges que leurs pairs. Et leurs scores d'IMC ont été probablement être between.48 and.81 plus de points. Cette association prospective est presque aussi importante que l'influence du tabagisme pendant la grossesse «.

Pourquoi cette question?

Pagani a plusieurs explications pour lesquelles il peut y avoir une relation de cause à effet dans l'association qu'elle a identifié.

La fumée secondaire modifie le neurodéveloppement des enfants

« L'exposition de la petite enfance à la fumée secondaire pourrait être influencer les déséquilibres endocriniens et en modifiant le fonctionnement neurologique à cette période critique dans le développement hypothalamique, causant ainsi des dommages systèmes vitaux qui subissent importante la croissance et le développement post-natal jusqu'au milieu de l'enfance, soit la période que nous avons examiné dans cette étude, » at-elle dit.

« Les mécanismes par lesquels la fumée des ménages influe négativement immunitaire, neurologique, et les processus cardio-vasculaires sont multiples et transactionnelles. Par exemple, les jeunes enfants ont des besoins de ventilation par kilogramme de poids corporel qui sont environ deux à trois fois plus élevé que les adultes, en raison de leur immaturité vitale systèmes. Cela se traduit par une exposition plus des effets nocifs étant donné les niveaux égaux de fumée des ménages par rapport aux adultes. En tout état de cause, nos résultats soulignent l'importance des initiatives de santé publique et la sensibilisation des parents visant à réduire l'exposition domestique au cours des années de la petite enfance critiques «.

Pagani et son équipe sont parvenus aux conclusions en utilisant des données recueillies dans le cadre de l'Étude longitudinale du développement des enfants du Québec et les résultats ont été déterminés en comparant le comportement de 2 055 familles et les résultats de leurs enfants.