Les grands parents ont-ils des droits automatiques à leurs petits-enfants? | DSK-Support.COM
Mode de vie

Les grands parents ont-ils des droits automatiques à leurs petits-enfants?

Les grands parents ont-ils des droits automatiques à leurs petits-enfants?

En cas de divorce, de décès ou d'autres ruptures de relations, faire grands-parents ont un droit automatique à une relation avec leurs petits-enfants, ou est-ce pour rendre la décision des parents?

Les grands-parents peuvent demander au tribunal d'accorder l'accès à un petit-enfant

En bref, la réponse est non - les grands-parents ne sont pas automatiquement le droit à leurs petits-enfants. Toutefois, en termes des articles 23 et 24 de la loi sur les enfants 38 de 2005, ils peuvent approcher un tribunal compétent et le contact de demande avec leur petit-enfant - ou d'avoir des droits plus étendus, le cas échéant.

Le tribunal prendra une décision sur les droits des grands-parents qu'il considère être dans l'intérêt supérieur de l'enfant en question.

Étude de cas "Townsend-Turner

La relation entre le père de l'enfant et les parents de sa défunte épouse était détériorée et si le père n'a pas été leur permettant un contact régulier avec l'enfant.

En conséquence, les garçons grands-parents appliqués pour l'accès à l'enfant (maintenant appelé « contact en termes de la loi, 38 de 2005 de l'enfant).

Dans sa décision, le tribunal a confirmé que le droit Franch ne donne pas automatiquement une personne autre que les parents légitimes d'avoir accès aux enfants concernés.

Les tribunaux hésitent à interférer avec l'autorité parentale

Cette décision a abordé le fait que que nos tribunaux ont toujours été réticents à interférer avec l'autorité parentale, sauf dans des circonstances particulières. Un exemple de c'est là une intervention familiale peut avoir des effets troublants sur la dynamique de cette famille et pourrait affecter l'intérêt supérieur de l'enfant.

Dans l'exemple ci-dessus, les grands-parents se sont vu refuser l'accès à l'enfant, au motif que ce ne serait pas dans le meilleur intérêt de l'enfant, en raison de conflits au sein de la famille et les relations difficiles qui étaient déjà en existence.

Les grands-parents 'étude de cas demander à être co-soignants

Dans une décision plus récente en 2016, un couple de Mpumalanga ont demandé à être co-soignants de leur petit-enfant. Leur fils du père de l'enfant avait été tué dans un accident.

La mère de l'enfant est opposé à cette demande

Le tribunal a réaffirmé que dans des cas tels que le décès du conjoint ou d'un divorce, les droits des grands-parents aux petits-enfants ne sont pas automatiques. Toutefois, le tribunal a également jugé qu'il serait dans le meilleur intérêt de l'enfant que les grands-parents lui rendent visite au moins une fois par semaine.

Ainsi, alors que le tribunal n'a pas accordé aux grands-parents les droits étendus et les responsabilités d'un aidant naturel, il ne considère que le contact avec ses grands-parents paternels était dans ses meilleurs intérêts.

Les grands-parents 'étude de cas sont valables pour le contact avec l'enfant

Dans une décision récente 2017 dans les tribunaux de l'Est du Cap, le père d'un enfant a été tué dans un accident de voiture peu de temps avant sa naissance. A la suite du remariage de la mère, sa relation avec les grands-parents paternels de son enfant aigri et tout contact a pris fin.

Les grands-parents alors présenté une demande de contact avec l'enfant. Dans ce cas, le juge a déclaré qu'il est généralement dans l'intérêt d'un enfant de maintenir une relation étroite avec ses grands-parents.

Sur cette base, le juge a accordé la demande, mais sur une base limitée, afin de ne pas interférer avec les droits parentaux et les responsabilités de la mère de l'enfant et son second mari.

Les grands-parents doivent avoir une influence positive dans la vie d'un enfant

Le message que les tribunaux envoient est que quelqu'un d'autre que les parents qui souhaitent jouer un rôle central dans la vie des enfants doit représenter une influence positive dans la vie de l'enfant.

En outre, ils ne doivent pas créer des conflits et des dissensions dans l'environnement et surtout, ils doivent respecter les droits et les responsabilités des parents ou des parents de l'enfant.

***

Article rédigé par Gillian Lowndes, spécialiste en droit de la famille, associé, Lowndes Dlamini Avocat à la Cour