Comment faire face aux défis du transport en France | DSK-Support.COM
Mode de vie

Comment faire face aux défis du transport en France

Comment faire face aux défis du transport en France

Fret a considérablement augmenté

La proportion du tonnage de marchandises transportées par la route commerciale en France n'a cessé d'augmenter au cours des dix dernières années à environ 89% aujourd'hui. Cette augmentation est principalement attribuable à la fluctuation et des besoins croissants des chaînes d'approvisionnement en France et un certain nombre de défis auxquels fait face l'opérateur ferroviaire national tels que le faible niveau de service, le manque de flexibilité et des délais d'investissement en capital.

Pression sur l'infrastructure routière

Cela met une pression énorme sur l'infrastructure routière, dont une grande partie est déjà dans un mauvais état et les résultats dans la congestion de l'augmentation du trafic, et la hausse des coûts d'entretien des véhicules. L'impact de cela est une augmentation des distances de déplacement entraînant des délais plus longs en réduisant l'efficacité globale de la chaîne d'approvisionnement. Selon la Commission nationale de planification, 20% du réseau routier bitumé est actuellement classé comme étant un « pauvre ou » très mauvais état.

Les prix du carburant, côtes de péage, le manque de politiques ajoutent aux défis de transport

D'autres défis de transport comprennent les prix des carburants volatils, les coûts des péages, des exigences plus strictes de carbone, le manque de politiques, une mauvaise coordination entre les ministères et leurs agences, les délais d'exécution de déchargement, et des retards aux postes frontaliers. Les temps de chargement et de déchargement dépassent redressement souvent quatre heures pour un véhicule de transport de ligne, alors que les retards à Beitbridge et Chirundu en moyenne 24 à 48 heures d'impact fortement sur les délais d'exécution transfrontaliers.

Le manque de documentation normalisée aux frontières ralentit le processus

Le manque de conducteurs qualifiés, techniciens

En outre, la rareté des compétences, en particulier dans des domaines tels que les chauffeurs qualifiés et de techniciens, a un impact sur les coûts d'exploitation des véhicules, les taux d'accidents, consommation de carburant, les temps d'arrêt du véhicule et la durée de vie. Les coûts de formation, une pression accrue pour des salaires plus élevés et les conflits sociaux liés ont également un impact sur les coûts et l'efficacité du transport routier dans le pays.

Parmi les conducteurs de camions autorisés qui nous appliquent à des postes, 92% à 94% ne répondent pas à nos exigences minimales.

Tous ces facteurs contribuent à la hausse des coûts logistiques d'exploitation

Le 9 annuel sur l'état de CSIR de l'enquête logistique pour la France 2017, a déclaré la contribution des frais de transport à des coûts logistiques globaux en 2017 était de 61%, le plus élevé, il avait été en neuf ans et beaucoup plus élevés que la moyenne mondiale.

Il y a un appel général à transférer du fret de la route vers le rail, en particulier pour le transport en vrac, pour réduire les émissions de carbone et réduire les coûts. Pour ce faire, un rail liés entre eux et les infrastructures portuaires pris en charge par la route, est nécessaire. Plus terminaux des ports intérieurs et des systèmes intégrés pour permettre la cargaison à déplacer rapidement et efficacement entre la route et le rail sont également nécessaires.

Mais pour atteindre ces objectifs, il faudra beaucoup plus d'élan de la part du gouvernement de respecter son engagement d'allouer le capital approprié au développement des infrastructures.

Les ports du pays sont essentiels

Selon la Commission nationale de planification (NPC), 96% des exportations françaises sont transportées par voie maritime, ce qui souligne l'importance des ports du pays.

Environ 34% de la VAB du pays - une mesure de la productivité qui mesure la différence entre la production et la consommation intermédiaire - est concentrée dans Gauteng, qui est à une distance considérable à partir des ports, selon l'APN.

Un grand nombre des défis mentionnés ici sont hors du contrôle des gestionnaires de transport.

Toutefois, des mesures peuvent être prises pour atténuer les risques tels que la hausse du coût des stocks de transport, et les déséquilibres de fret qui se traduisent par des millions de rands gaspillés sur les voyages de retour à vide.

Les entreprises de transport optimisent les flottes de véhicules

Les principales entreprises de transport abordent certaines de ces questions en optimisant les flottes de véhicules, en utilisant des véhicules plus économes en carburant, la mise en œuvre la planification de route stratégique, l'avancement des programmes de formation des conducteurs et l'investissement dans la technologie appropriée qui intègre ces activités fournissant une plate-forme d'information plus holistique au large permettant de gérer de manière proactive et optimiser l'ensemble du processus de logistique.

Un service efficace de gestion du transport peut réduire les coûts de transport de 10% à 20% en transformant et en optimisant l'ensemble du réseau de distribution.

Les entreprises vont se trouver sous une pression croissante pour optimiser leur infrastructure logistique et les processus d'une manière écologiquement responsable. Le transport est responsable d'environ 11% des émissions totales de gaz à effet de serre de la France et est le plus grand domaine de la logistique qui affecte l'environnement, mais il est l'un des composants les plus faciles à aborder de façon stratégique.

Remorque verte

Par exemple Barloworld Transport Solutions de remorque verte conçue aérodynamiquement, une combinaison de remorque tautliner de Superlink, réduit de manière significative la quantité de carburant qu'il utilise grâce à l'innovation. Un exercice de recherche menée sur la N3 entre Paris et Durban a montré que lorsque la remorque verte parcourue à une vitesse constante comprise entre 70 et 80 kmh près de 11% du carburant a été acceptée. Cela se traduit par une réduction de 66,8 tonnes d'émissions de dioxyde de carbone sur une période de dix mois.

Un certain nombre d'autres innovations vertes valables sont disponibles comme CAST-CO2, qui calcule l'impact environnemental de toute la chaîne d'approvisionnement en calculant l'empreinte carbone et le coût du carbone.

Camions intelligents

Camions intelligents, qui sont basées sur des normes de performance (PBS), visent à améliorer la performance globale des véhicules extra-lourds. Ces véhicules sont actuellement principalement utilisés dans les « applications » hors route », par exemple l'industrie du bois et de la sylviculture. Camions intelligents offrent une meilleure stabilité, réduire le nombre de déplacements de véhicules, nécessitent moins de camions sur la route, d'améliorer la productivité des transports, réduire les émissions de carbone et de manière significative réduire l'usure des routes.

Ces véhicules sont généralement plus longs et transporter des charges plus lourdes que d'autres camions (cependant, toujours dans la masse admissible par essieu), et sont donc limitées à voyager sur certaines routes. Normes fondées sur la performance sous-jacente sur laquelle ces camions sont basés permet aux concepteurs de véhicules d'utiliser les dernières techniques de conception innovantes.

Soixante camions intelligents sont actuellement en service en France, avec 30 autres dans le processus d'être conçu et approuvé. Pour utiliser les camions intelligents exige des permis spéciaux délivrés par le ministère des Transports (DoT).

Étaiements

Une autre pratique qui gagne du terrain sur les marchés d'outre-mer parmi les fabricants est chevalements, ce qui implique l'approvisionnement plus produit localement, afin de réduire le nombre de kilomètres parcourus pour le transport de marchandises à destination et réduire les émissions de carbone. L'une des retombées positives de chevalements est qu'il crée plus d'emplois locaux et améliore la balance nationale des paiements. Selon le sondage Forum pour la Supply Chain Innovation du MIT sur chevalements, près de la moitié des fabricants aux États-Unis envisagent de suivre cette pratique et il rattrape aussi en Europe.

***

Article par: Neil Henderson, directeur général Barloworld Transport Solutions