Plumer le nid vide - avoir des enfants à la mi-vie. | DSK-Support.COM
L'éducation des enfants

Plumer le nid vide - avoir des enfants à la mi-vie.

Plumer le nid vide - avoir des enfants à la mi-vie.

Mon mari et moi sommes devenus parents esseulés en 2017. Je déteste quand les gens disent « nids vides ». Il semble triste. Et vieux.

Ma fille a déménagé. Je suis une promotion. Nous sommes passés du Midwest des États-Unis à l'Angleterre. Dire 2017 a été une année de changement... Eh bien, c'est un euphémisme assez grand.

Nous avions discuté de l'adoption quand nous sommes mariés. Nous étions plus âgés. Mon navire de fertilité naviguait dans le coucher du soleil. Nous avons parlé de la façon dont il serait agréable de parent ensemble en termes vagues. Ces conversations d'adoption jamais allé nulle part.

Une traction vers l'adoption

Je me suis toujours senti une traction vers l'adoption. Mon frère est adopté, comme plusieurs de mes cousins. Je regardais dans l'adoption comme une seule femme, avant de rencontrer mon mari, mais il était au-delà de mon budget et, compte tenu de ce qui se passait dans ma vie, probablement au-delà de la portée de ce que j'aurais pu gérer. Parfois, l'univers devient les choses.

Peu de temps après nous avons déménagé en Angleterre, j'ai rencontré un autre Américain, une femme nommée Jenny. Elle avait une belle fille d'origine chinoise et la première fois que je les ai vus ensemble, j'ai eu genre d'un moment « aha ». Je sais que cela n'a pas de sens et autant que je l'ai essayé de rationaliser et de l'articuler au fil des ans, je ne peux vraiment tout simplement pas. Je ne peux dire que quand j'ai vu Jenny et sa fille ensemble, le chemin que j'était censé être sur est devenu un peu plus clair.

Jenny était assez aimable pour me diriger dans la bonne direction dans la mesure où les agences d'adoption et les formalités administratives sont allés. La logistique de patauger dans la quantité de documents contre nature qui est nécessaire pour l'adoption internationale ont été beaucoup plus facile à digérer en raison de sa patience tenir la main et sans fin avec mes nombreuses questions.

Pour commencer le voyage de la parentalité à nouveau à 45 et 49 était tout à fait une autre affaire. La paperasse était pénible et l'attente était l'agonie, mais rien de tout cela se compare à l'ajustement en fait d'avoir un nouvel enfant dans votre famille, quand vous êtes un couple qui sont un peu dans leurs habitudes.

Notre fils Zack était de 26 mois quand il a été placé dans nos bras pour la première fois et nous avons été immédiatement plongé dans un monde de merde, morve, et des jouets bruyants. Il fait de notre vie à l'envers... Dans le bon sens. Dans un fou, fatigué, le bon sens. Notre deuxième fils, Kyle, a rejoint notre famille un an plus tard. Aujourd'hui, nous avons deux jumeaux virtuels âgés de quatre ans. Nos garçons sont séparés quatre mois. La vie est belle. La vie est freakin fort.

Devenir parents de nouveau à mi-vie a été intéressant

Nous plaisantons qu'il soit nous garder jeunes ou nous conduire dans une tombe tôt. J'utilise beaucoup plus la couleur des cheveux et d'obtenir beaucoup moins de sommeil. Mais, je souris plus et moins inquiète de ce que les autres pensent de la façon dont nous vivons. Nous recevons beaucoup de « wow, combien il est vous avez adopté » avec le non-dit « à votre âge ». On m'a même demandé si j'étais la grand-mère, qui ne faisait pas partie de mes dix moments de la vie, mais je l'ai fait à travers.

Je ne suggère pas tous la réponse vide dénicheur de se sentir un peu directionless est de sortir et avoir un autre enfant, mais pour nous... Ça fonctionne. Mon dos et grince quand je couinements pencher pour donner les garçons un bain. Quand un de mes garçons me fait savoir (et quand je dis me informe, je veux dire crie à l'oreille à courte portée) qu'il est « plus sombre » au bout fissure de l'aube, je me rends compte exactement à quel âge je suis, jusqu'à le mois.

L'achat d'un autre 10 ans de Fielding « mais pourquoi »

Il y a toutes sortes de raisons d'adopter: ne pas être en mesure d'avoir des bébés comme l'ancienne, voulant « sauver » un enfant ou juste aimer l'idée d'étendre votre famille avec un enfant qui a besoin d'un.

Je me réveille parfois (généralement à trois heures parce qu'il ya un petit pied dans mon rein) et admirez la direction de ma vie a pris. Non, je ne m'y attendais pas cette vie dans mes presque cinquante. Mais, je me dis que je l'ai acheté encore 10 ans ou plus de covoiturages conduire, assister à des pratiques de soccer, Fielding « mais pourquoi » et défendre « parce que je l'ai dit sos. »

Peut-être pas le chemin traditionnel, mais il est le chemin que je choisi. Il est mon chemin. C'est mon histoire. Le reste n'a pas encore été écrit.

Cela semble à l'origine sur le blog de Jill Ripped Jeans et Bifocals. Traîner avec Jill sur Facebook et Twitter.