Le magazine local fait face à un jeu de réflexion sur le poste de répression de la salope. | DSK-Support.COM
Divertissement

Le magazine local fait face à un jeu de réflexion sur le poste de répression de la salope.

Le magazine local fait face à un jeu de réflexion sur le poste de répression de la salope.

« Nous aimerions entendre des lecteurs Grazia: Qu'est-ce qui fait une fille une salope? Est-ce la façon dont elle habille? Ce qu'elle dit? Ce qu'elle fait? Et avec qui? [Sic] lit le message sur les plates-formes officielles Facebook et Twitter du magazine.

Et alors qu'il y avait quelques partisans qui ne se formalise pas et ont fourni des réponses sérieuses à cette question, une grande majorité des réponses étaient d'indignation complète

Les nombreux commentaires indignés sur la question de Grazia inclus:

« Patriarchie fait une fille une salope... Autrement connu comme le privilège masculin.

« Si les femmes ne sont pas confrontés assez jeu sur leur sexualité! l'ignorance et la misogynie n'a pas sa place dans un magazine féminin. La personne des médias sociaux pour ce chiffon est évidemment encore coincé dans les âges sombres. [Sic] »

Et: « Vous êtes méprisable. Dieu merci, je l'ai élevé une fille qui, même à 11, a vu l'une de vos annonces et a dit: «pourquoi les magazines pensent que les femmes sont des idiots, maman? Vous venez de vous surpassée, cependant. [Sic]

Impossible d'ignorer ce jeu drastique, rédacteur en chef Kerrie Simon-Laurent a publié plus tard un communiqué sur le site officiel du magazine

Il se lit comme suit: « Le mercredi 16 Juillet, Grazia France a affiché des messages à nos profils Facebook et Twitter demander à nos disciples ce que les critères [sont] pour une femme à étiqueter une « salope ».

« Il ressort des réponses aux messages que beaucoup de disciples ont été offensés. Nous nous excusons sincèrement pour l'inconfort ou infraction a causé.

« Les messages ont été publiés pour évaluer nos de la perception du mot « public salope » et coïncider avec une caractéristique que nous produisons sur « slut-shaming » 'le terme utilisé pour définir le caractère d'une femme, fondée sur son choix de la langue, garde-robe ou des actions.

« Le concept de « slut-shaming » est celui qui Grazia France oppose au sens fort possible. Nous prenons notre rôle de défendre et de l'autonomisation des femmes très au sérieux et notre reportage met l'accent sur le fait que nous vivons dans une société où les femmes sont victimes d'intimidation et fait honte et qu'il doit cesser.

« Nous apprécions les opinions et les opinions de nos lecteurs et nous acceptons que les postes auraient dû être formulé différemment et contextualisée plus clairement. [Sic]